Maël Lecomte, un Ours champion du monde

Imprimer

mael lecomte ours de villard de lans

L'équipe de France U18 de hockey-sur-glace a été sacrée championne du monde (division 1 Groupe A) il y a quelques jours, en Slovénie, après un formidable parcours qui l'a notamment vu battre la Norvège (3-2) et le Danemark (4-2). Parmi les Bleuets titrés, un Ours de Villard-de-Lans, Maël Lecomte, avec qui nous vous proposons de mieux faire connaissance.

A peine plus de 3 ans et déjà sur les patins, une mini crosse à la main. « C'est mon père qui m'a fait découvrir le hockey-sur-glace. Ça m'a plu, j'ai tout de suite accroché... ». C'était déjà à Villard-de-Lans, sous un maillot des Ours qu'il porte toujours 15 ans après.

Une fidélité récompensée pour le jeune ailier gauche. En club, déjà. « Cette saison j'ai joué avec les juniors, avec qui on a atteint les quarts de finale du championnat (ils ont été battus par les Brûleurs de Loups de Grenoble, ndlr) mais j'ai aussi eu du temps de jeu en D2, ce qui m'a permis de pouvoir sans doute progresser plus rapidement. »
Et d'entrer dans le viseur des sélectionneurs nationaux puisqu'il n'a participé qu'à deux regroupements sous la tunique bleue avant d'être appelé pour participer au Mondial Division 1 Groupe A, en Slovénie.

« Une fantastique aventure. On est parti trois semaines : deux semaines de préparation et une semaine de compétition. Pour moi, c'est l'opportunité de jouer contre des hockeys différents et, là encore, de pouvoir progresser. Et en plus le résultat a été au bout... »

Car les jeunes tricolores ont écrit une belle page du hockey français en devenant la première équipe à décrocher l'or mondial dans cette catégorie et en accédant au niveau élite. Une victoire historique mais pas pour autant un « exploit » aux yeux du Villardien.
« On a une très belle génération de joueurs et c'était l'objectif du coach, et le notre, de nous voir terminer champion. Maintenant on a eu à faire à des très grosses équipes, je pense au Danemark ou à la Norvège, que l'on ne parvient à battre que dans les dernières secondes, notamment. Ce n'est pas un exploit mais ce fut une très grosse performance de signer ces 4 succès de suite (les Français ont perdu leur dernier match 5-0 contre le Kazakhstan dans un match sans incidence au classement pour eux, ndlr).

Maintenant place à un peu de repos – Maël s'est octroyé deux semaines de coupure au retour de Slovénie, avant de reprendre la préparation physique – et surtout au « scolaire ». Les patins remisés aux vestiaires, c'est le BAC S qui se profile pour le lycéen qui doit souvent jongler et s'adapter pour concilier pratique sportive et temps d'étude. Souhaitons lui la même réussite que sur la glace...
… Avant de le retrouver avec les Ours de Villard de Lans la saison prochaine. « J'avais une proposition pour aller jouer ailleurs mais je suis bien ici, c'est ma famille. Je suis à un âge où c'est aussi important de pouvoir jouer. Je préfère jouer en D2 que faire partie d'un 4ème bloc en D1 par exemple. Et puis le projet me plait, l'objectif sera de monter en D1 et ce serait un plaisir de le faire avec cette équipe. Pour la suite de ma carrière, je ne me prends pas la tête. On verra le temps venu. »

Un bel exemple de sagesse pour un jeune joueur qui a fait la fierté de son club avec ce titre de champion du monde.