Top 14 – FCG : Marc Chérèque : « inespéré pour un promu »

Imprimer

marc chereque

A la veille d’entamer la série des matchs retour, ce dimanche, contre l'Union Bordeaux-Bègles (15 heures, Lesdiguières) le président du FCG Marc Chérèque tire un bilan très positif de l’entame de saison de son club. Il appelle néanmoins à la prudence pour la suite, au regard du calendrier, jugé plus compliqué qu’en début de championnat.

Que retenez-vous de cette moitié de saison en Top 14 ? Qu’est-ce qui vous a marqué ?
Ce que je retiens avant tout, c’est la faculté de nos joueurs à rivaliser avec les meilleures équipes du championnat. C’est, à mon sens, l’événement marquant de la demi-saison. L’équipe a su avoir le bon comportement tout au long des rencontres, alors même qu’elle n’avait pas subit beaucoup de changements depuis l’an dernier en Pro D2. Tout le monde a su élever son niveau pour s’adapter aux adversaires.

Quel a été pour vous le meilleur match de la série ?
Je ne pense pas avoir de match préféré… Mais le dernier, la victoire face au Stade Toulousain, est sans doute le plus significatif, car on a réussi à battre le champion de France en titre. Quant aux autres rencontres, je retiens plus particulièrement la réception de Perpignan, lorsque l’on gagne sur un essai du fond du terrain à la 78e. C’est certainement le match le plus disputé et celui où il y a eu le plus grand suspense. Mais dans l’ensemble, il n’y a pas eu un match plus important que les autres. Je pense que le public est satisfait de cette équipe, qui produit un jeu jusque là très agréable.

Avez-vous été déçu au cours de la saison ?
Non, jamais. C’est difficile de trouver des points décevants à cette entame de saison. C’est un parcours inespéré pour un promu.

Quel bilan tirer du recrutement de cet été ?
Je pense que globalement, on peut dire que le recrutement a été judicieux, même si tous les joueurs n’ont pas joué à la même intensité, à cause des blessures. Il était évident que pour attaquer le championnat de Top 14, il nous fallait du sang neuf, et aujourd’hui on peut dire que ce renouvellement est très satisfaisant aux vues des résultats.

Plusieurs joueurs de l’effectif ont reconduit leur contrat pour une ou plusieurs saisons supplémentaires. Cela montre-t-il une volonté de conserver une grande partie de l’effectif ?
Je pense que si l’équipe se comporte aussi bien aujourd’hui, c’est principalement parce que le groupe a gardé la même ossature à l’intersaison. L’homogénéité a été conservée, et ensuite il ne restait plus qu’à consolider, ainsi qu’à renforcer certains points, d’où le recrutement.

La sixième place à la mi-saison, c’est une surprise ?
Oui, c’était inespéré. C’est vraiment un beau parcours pour un promu. Mais il faut maintenant faire attention, car la phase aller nous a été favorable au niveau du calendrier, avec sept réceptions. L’ensemble des équipes qui sont derrière nous au classement (Perpignan, le Racing, Biarritz…) ne sont pas loin et surtout on va devoir les affronter chez eux. Notre objectif reste le maintien, et ce n’est pas gagné, avec les réceptions du haut de tableau qui nous attendent (Toulon, Castres…). Il faut s’attendre à ce que ce soit plus compliqué en deuxième moitié de saison. Heureusement que l’on a déjà engrangé un maximum de points.

Et l’invincibilité à domicile ?
Pour l’instant on est invaincus, mais toutes les bonnes choses ont une fin ! Il faut essayer de garder ce statut le plus longtemps possible… Il faut se méfier de l’équipe de Bordeaux-Bègles que l’on reçoit demain, très revancharde, et qui a un grand besoin de points en ce moment. Perdre demain, une semaine après avoir battu le Stade Toulousain, ça gâcherait la fête. Ce match va être au moins aussi compliqué que le précédent. Dans tous les cas, il n’y a pas de petites équipes dans ce championnat, il faut garder un maximum de sérieux et rester concentrés.

Crédit photo : fcgrugby.com