Julien Caminati (FCG) : « mon équipe, c’est Grenoble ».

Imprimer

julien caminati en plein effortAprès une saison brillante à Brive, avec une montée en Top 14 à la clé, l’arrière Julien Caminati porte désormais les couleurs du FCG. Il revient pour Metro-Sports sur sa fin de saison avec le CAB, ses objectifs et espoirs pour la saison à venir, et se prépare pour le dernier match amical, face à Oyonnax.

Tu as vécu la montée avec Brive en fin de saison dernière. Qu’est ce qui t’a plu dans le projet du FCG et encouragé à partir ?
Les structures autour du club sont beaucoup plus évoluées qu’à Brive. Je pense que grâce à cela, je peux encore progresser. Tout est beaucoup plus pro à Grenoble ; avec un entraîneur pour chaque secteur, défense, jeu au pied, technique individuelle… tout est à disposition pour progresser tous les jours. La préparation physique aussi est plus exigeante… Le projet du club m’a aussi beaucoup séduit. Et puis avec Brive, il fallait passer à autre chose. C’est en quelque sorte un nouveau challenge pour moi. J’arrivais en fin de contrat à Brive, le FCG m’a appelé et sa proposition m’a plu. Bien sûr, j’avais à cœur de bien terminer mon travail à Brive, pour partir en ne devant rien à personne. Maintenant, je suis très heureux d’être à Grenoble.

Jouer contre le CAB sous les couleurs de Grenoble aura donc une saveur particulière ?
Ce sera forcément une saveur particulière car j’ai encore plein d’amis dans l’équipe briviste. Mais on verra déjà le jour du match si j’ai la chance de jouer ; alors j’aurais un pincement au cœur, évidemment. On ne peut pas effacer comme ça 3 ans dans un club, mais ce qui comptera, ce sera d’être performant sur le terrain, car maintenant, mon équipe c’est Grenoble. Je ferai abstraction du reste.

Comme certaines autres recrues, tu as commencé la préparation de cet été plus tardivement. Comment se sont passées ton intégration et ton adaptation ?
L’intégration s’est très bien passée, même si j’ai manqué le stage pour la naissance de mon fils. En revanche la préparation physique a été très très dure pour moi. Je n’avais pas l’habitude de travailler comme cela. Avec seulement quatre semaines de vacances après la finale, ça a été compliqué de reprendre la préparation physique. Mais maintenant c’est derrière, je me sens mieux physiquement. Le premier match (face à Montpellier) s’est bien passé et j’en suis très content.

Entre autres du fait de la blessure de Fabien Gengenbacher, tu es pressenti pour jouer au poste d’arrière, ton poste de prédilection, au moins au début de saison. C’est rassurant ?
Oui et non, car cela représente aussi plus de pression. Pour l’instant, je ne sais pas encore si je vais jouer. Je me concentre déjà sur la rencontre face à Oyonnax. Mais même en l’absence de Fabien Gengenbacher, Benjamin Thiery lui aussi peut jouer 15. Donc pour le moment je n’en sais rien, je vais continuer à travailler.

Justement, jeudi aura lieu la dernière rencontre de la série de matchs amicaux. Sens-tu l’équipe prête à commencer le championnat ?
On a encore quelques petits réglages à faire, bien sûr, mais je pense qu’on commence à être bien. L’équipe est en confiance après la victoire face à Montpellier, et évidemment, c’est plus facile de travailler lorsque l’on gagne des matchs. Mais Oyonnax est une équipe solide et très dure à l’impact. Ce sera à très bon test avant la première journée. J’espère que ça va bien se passer, mais on est bien physiquement, tout le groupe a bien travaillé, donc je pense que ça va le faire. On va peaufiner nos derniers réglages contre Oyonnax et on sera prêts pour affronter le Stade français.

Quels sont tes objectifs pour cette rencontre ?
Pour l’instant, c’est de ne pas faire de bêtises, d’être propre. J’espère faire un beau match, tout simplement.

Et pour le reste de la saison, que peut-on te souhaiter ?
J’espère vraiment continuer à progresser, et je vais travailler dur pour cela. Je sais que la concurrence est rude aux postes d’arrière et d’ailier, donc je vais tout donner aux entraînements en espérant avoir du temps de jeu.

Sur le même sujet :
Interview de Franck Corrihons

Crédits photo : Facebook officiel du FCG