Guillaume Boussès (US Oyonnax) : « Notre groupe a du potentiel » 

Imprimer

uso

Le FCG affronte l'US Oyonnax pour son dernier match de préparation, ce jeudi au stade Jean Balestas de Saint-Egrève (coup d'envoi 18h30). Après avoir laisser s'exprimer les Grenoblois Franck Corrihons et Julien Caminati, place aujourd'hui au centre Guillaume Boussès, qui a rejoint l'Ain cet été en provenance du Racing. Il aborde pour nous la préparation de l'USO, le match face à Grenoble ainsi que les objectifs du promu pour le Top 14.

Guillaume, quel bilan tires-tu de ces premières semaines de préparation, alors que le championnat démarre dans 10 jours ?
Cela fait un mois et demi / deux mois qu'on a repris, je ne sais même plus exactement quand (rires). Je dirais que l'on a fait une préparation très studieuse durant laquelle on a touché très rapidement le ballon. Nous avons un groupe avec beaucoup de joueurs qui n'ont connu que la Pro D2 ces dernières saisons. Et donc un rythme de rencontres différent. Il va falloir enchaîner 13 matchs avant d'avoir une petite coupure. C'est très particulier quand on ne maîtrise pas. C'est ce qu'on s'est attelé à faire pendant ces semaines d'avant-saison, avec beaucoup de travail sur la vitesse, sur l'endurance.

Les matchs de préparation contre Clermont et Biarritz ont semblé plutôt encourageants...
Au niveau des résultats c'était correct. Mais sur la manière on a alterné le bon et le moins bon. On a montré un bon état d'esprit, des bonnes aptitudes au combat. On a acquis quelques certitudes dans ces domaines là. Mais on a eu du mal à lancer et à imposer notre jeu. On est ressorti frustré de ces deux premiers matchs.

Dans quelle optique abordes-tu ce 3ème et dernier match de préparation contre Grenoble ?
C'est notre dernière balle à blanc avant le déplacement à Bayonne, une répétition générale. On doit mettre plus d'application dans notre jeu, faire des lancements corrects. C'est la dernière occasion de se mettre en confiance.

Quand on est promu et que la France du rugby vous voit faire l'ascenseur, le FCG est-il une source d'inspiration ?
Oui dans la mesure où c'est un club voisin et que les entraîneurs ont sûrement jeté un œil à la saison passée de Grenoble. Maintenant ce sont deux clubs différents, avec une histoire et des moyens différents. Il ne faut pas qu'Oyonnax n'oublie son vécu. Le club reste sur un beau parcours, sur une bonne dynamique, c'est de cela qu'il faut avant tout s'inspirer. C'est aussi de rester dans la continuité de ce projet qui m'a incité à venir ici.

Quels objectifs nourris-tu cette saison ?
Tout simplement retrouver le ballon, ne serait-ce qu'aux entraînements. Ne faire que du physique pendant la semaine j'ai suffisamment donné (rires). Mes objectifs sont avant tout ceux de l'équipe. J'ai envie de « participer » et de bien figurer dans ce Top 14. On a notre tempérament à faire valoir, notre groupe a du potentiel. Reste à trouver la bonne formule. Après on ne s'est pas fixé d'objectifs précis si ce n'est montré ce qu'on sait faire.


Sur le même sujet :

Les groupes du FC Grenoble et de l'US Oyonnax