Julien Caminati (FCG) : « Répondre présent dans le combat et la discipline »

Imprimer

caminatiL’ancien Briviste et désormais trois-quarts grenoblois Julien Caminati s’apprête à affronter ses anciens coéquipiers du CA Brive ce samedi 28 septembre, sur la pelouse de Lesdiguières, pour un match capital dans la course au maintien. Il revient pour nous sur ce match ainsi que sur la victoire du FCG à Biarritz le week-end dernier.

Vous avez réalisé la bonne opération samedi à Biarritz, en ramenant une victoire bonifiée. Raconte-nous ce match.
C’était d’abord un match compliqué, parce qu’on a reçu trois cartons jaune dont un sur une faute complétement stupide de ma part. On a un peu galéré, mais on n’a rien lâché et on s’est battus. On a réussi à accrocher cette victoire en étant solidaires. D’un point de vue comptable, c’est une très bonne opération de s’être imposés, sachant qu’Oyonnax a été battu à domicile. Même si la manière n’était pas trop au rendez-vous, on s’est accrochés pour gagner et ça nous permet de prendre un peu d’avance sur nos concurrents directs au maintien.

Cela confirme également la mauvaise forme de Biarritz…
Bien sûr, vu la situation de Biarritz cette année, gagner là-bas c’était creuser l’écart  au classement avec eux, car je pense qu’ils joueront le maintien cette année. C’était d’autant plus important de gagner contre eux que c’est la première victoire à l’extérieur du FCG depuis l’UBB la saison dernière… Et c’est bon pour la confiance, on travaille toujours mieux quand ça gagne, le moral est meilleur.

Lors de vos deux derniers déplacements (Clermont puis Biarritz), le FCG a été de nombreuses fois pénalisé, au point de se retrouver plusieurs fois en infériorité numérique. Cela pourrait-il finir par coûter un match ? Qu’est-ce qu’il faudrait corriger ?
Jusqu’à présent, ça ne nous a encore jamais coûté la victoire. Mais il y a effectivement un gros travail nécessaire à faire là-dessus, car un match, c’est déjà difficile à quinze contre quinze, alors à treize ou quatorze contre quinze, ça devient très très compliqué ! On va très vite y remédier pour éviter une défaite. Il faut corriger l’attitude de chacun. Lorsque l’on fait des fautes, c’est souvent que l’on subit un peu. Mais sur la plupart, ce sont des fautes très bêtes, que l’on peut largement éviter. Il faut que chacun fasse un travail sur soi.

Suite à ton carton jaune, tu as même été convoqué à ce sujet par la commission de discipline… Ca a été une surprise ?
Je n’étais même pas au courant… J’irai m’expliquer, c’était vraiment une faute bête, à éviter.

Malgré tout cela, tu as gagné une place importante au sein de l’effectif, en partie grâce à tes coups de pied longue distance… Qu’est ce que tu te dis quand tu t’apprêtes à taper une pénalité à 50 ou 60 mètres ?
Je me dis de la mettre ! Rien n’est acquis. Pour l’instant je n’ai fait que deux, même pas, un bon match, contre Toulon. Contre l’UBB j’ai seulement mis des pénalités… Il y a beaucoup de blessés qui vont progressivement revenir… A Grenoble on a un gros effectif et une grosse concurrence, j’ai la chance de pouvoir buter de loin, ce qui me permet de jouer peut-être un peu plus. Mais mon carton jaune de samedi dernier est le genre de fautes qui peut me coûter ma place. Il faut que je continue dur chaque jour pour réellement gagner ma place.

Vous recevez Brive samedi à Lesdiguières. Jusqu’à là, ils n’ont pas réussi à s’imposer à l’extérieur, mais ce sont des adversaires pour le moins sérieux et surtout des concurrents au maintien. Quelles erreurs faudra-t-il éviter ?
Il faudra faire le moins de fautes possible. On peut déjà s’attendre à ce qu’ils livrent un très gros combat, car même s’ils ne se sont pas imposés à l’extérieur, c’est le match idéal pour eux ; ils viennent avec zéro pression, ils sont très très bien organisés et mettent en place des choses simples, mais efficaces. Ce sera à nous de répondre présents dans le combat et dans la discipline. Si on met ces ingrédients, on devrait l’emporter. En plus, peu d’équipes sont venues gagner à Lesdiguières en quatre ans. Il faut garder cette invincibilité et livrer un gros combat.

En tant qu’ancien Briviste (2010-2013), as-tu suivi l’entame de saison du CAB en Top 14 ?
Evidemment, j’ai suivi leurs résultats. Ils sont sur la même dynamique que ce que l’on avait fait l’année dernière. Ils s’appuient sur une grosse conquête, je crois même que c’est la meilleure conquête du Top 14. Ils ont aussi une grosse mêlée et une très bonne touche, grâce à un bon paquet d’avants. Samedi, le match se jouera donc énormément devant : bien sûr, tous les matchs commencent devant, mais c’est encore plus vrai contre Brive. A nous de nous discipliner, d’appliquer le plan de jeu et d’essayer de les prendre sur le combat. Si on parvient à les prendre sur le combat et que l’on contre leur conquête, on aurait déjà fait une bonne partie du travail.