Top 14 – Jonathan Best « se méfie plus de Mont-de-Marsan que du Stade Français »

Imprimer

best vs racing

Après avoir connu la Fédérale 1 et la Pro D2 avec le FCG, le troisième ligne Jonathan Best fait désormais ses armes dans le championnat de Top 14. Rencontre avec un fidèle grenoblois avant la réception du Stade Montois, samedi.

Trois matchs en Top 14, et trois titularisations. Comment vis-tu ce début de saison ?

Sur le plan personnel, je suis content. Je ne m’attendais pas à jouer autant dès l’entame du championnat ! Je pense que c’est surtout grâce à ce que j’ai montré lors des matchs de préparation, j’ai fait de bonnes performances, et les entraîneurs m’ont fait confiance pour les rencontres qui ont suivi. J’essaie de faire de mon mieux, mais c’est un niveau que je découvre, puisque c’est la première fois que je joue en Top 14, et je prends énormément de plaisir. Bien sûr, le jeu est beaucoup plus dur, plus rugueux. Mais ce n’est que du bonheur.

Tu es aussi l’un des rares joueurs à avoir connu deux montées (en Pro D2 en 2006 et en Top 14 cette année)… C’est difficile de conserver sa place, saison après saison ?

C’est vrai que depuis que je suis dans l’équipe, j’ai vu beaucoup d’arrivées, et de départs d’ailleurs, surtout à mon poste, mais je suis toujours là. Je pense que j’ai dû satisfaire les exigences des entraineurs, d’autant que je n’étais pas forcément le plus doué au départ ! J’ai beaucoup travaillé pour en arriver là, et j’ai envie d’en montrer encore plus. Quand j’étais à l’école de rugby, on n’aurait jamais pensé que je deviendrais pro ! Je me suis remis assez tard au rugby, ce qui fait que j’avais beaucoup de lacunes à combler, et de nombreuses choses à apprendre. Mais c’est allé assez vite, j’ai repris à 20 ans et à 22 ans j’étais professionnel. Donc ma place aujourd’hui, elle est surtout issue de beaucoup de travail, j’ai fait ce qu’il fallait.

En parlant de montée, samedi prochain, c’est la rencontre des promus, face à Mont-de-Marsan. Pourtant, au regard des résultats, ils n’ont pas commencé le championnat aussi bien que vous…

En fait, on se méfie plus de Mont-de-Marsan que du Stade Français la semaine dernière… Ils sont comme nous, ils jouent leur maintien. Chaque semaine ils jouent leur survie, car aucune équipe promue n’a envie de faire l’ascenseur et de redescendre l’année suivante. En plus, le Stade Montois est une équipe que l’on connaît bien ; l’an dernier on les a battus, mais il y a deux ans, ils sont venus gagner à Lesdiguières… Une année sur deux on perd face à eux, mais j’espère que cette année ne sera pas la mauvaise ! Si on examine leur début de saison, pour l’instant, on ne peut pas dire qu’ils aient fait de contre-performance, ils jouaient contre Biarritz,  Toulouse et Toulon, les équipes en tête du championnat… Je crois même qu’ils ont dit dans les journaux que leur saison allait vraiment commencer face à Grenoble, et en effet, on est les premiers à leur portée. Ils nous connaissent très bien, c’est pourquoi on prépare ce match avec sérieux, c’est important de le gagner.

Par contre, s’il y a un domaine dans lequel vous vous disputez la tête du classement, c’est le nombre de cartons (six cartons jaunes pour le Stade Montois et cinq pour le FCG)…

Oui c’est vrai ! Il va falloir travailler là-dessus. Je pense qu’il nous a fallu un peu de temps pour s’habituer aux règles ainsi qu’à l’arbitrage de Top 14, qui sont plus sévères que ce que l’on avait connu jusque là. Vendredi dernier, face au Stade Français, on a fini à quinze pour la première fois, sans prendre de carton. Il est évident que si on veut gagner, il va falloir éviter de se faire pénaliser, surtout en mêlée, car c’est là qu’on est le plus sanctionnés… Mais sur les cinq cartons, certains ont été sévères. Alors face à Mont-de-Marsan qui est un peu dans la même situation que nous, ça va être encore plus tendu, et le match va certainement être très serré. La victoire se dessinera peut-être dans les dernières minutes de jeu, et si c’est le cas, c’est à ce moment-là qu’il ne faudra absolument pas prendre de carton.

Dans quels secteurs de jeu vont-ils être dangereux samedi ?

Les Montois aiment pratiquer le beau rugby, et ils sont forts dans le jeu de mouvement. On se méfie d’eux, parce qu’ils ont des joueurs dangereux et revanchards. Il va falloir être très sérieux tout au long du match. Mais s’ils font effectivement beaucoup de fautes, il faudrait parvenir à monopoliser le ballon pour marquer un maximum de points.

Du coup, l’objectif de ce match pour le FCG, c’est plus que jamais la victoire ? Tout comme le Stade Montois, vous n’avez encore aucun point de bonus…

Contre le Stade Français, en y réfléchissant bien, on aurait pu réussir à avoir le bonus offensif, surtout avec l’essai qui a été refusé, à juste titre ou pas d’ailleurs. Mais on ne fait pas de formalité sur les bonus offensifs, puisque l’on sait qu’ils seront forcément moins nombreux et plus difficiles à gagner que l’an dernier. Donc pour l’instant, notre vrai objectif, ce sont les 40 points. Et d’ici là, on va continuer à en grapiller sur tous les matchs. Mais pour samedi, c’est clair qu’il faut jouer le match avant de le gagner, et c’est loin d’être gagné d’avance.

La fiche de Jonathan Best

Crédit photo : Jacques Robert /fcgrugby.com