Challenge européen - FCG : Matthieu Nicolas : « Montrer qu’on existe »

Imprimer

matthieu nicolas

De nouveau dans le groupe Rouge et bleu pour affronter le Stade français au Havre samedi, l’ancien ailier du Castres olympique croit en les chances du FCG de réaliser encore une bonne opération dans ce Challenge européen.

Raconte-nous cette large victoire contre Prato vendredi dernier…
On était très méfiants avant le match contre Prato, car on savait très peu de choses sur cette équipe, si ce n’est qu’elle était invaincue en Italie. Du coup, on a abordé la rencontre avec beaucoup de respect pour nos adversaires et la volonté de rester concentrés sur notre plan de jeu. Au final ça a été une très bonne victoire, notamment parce qu’on a réussi à avoir le bonus, et tout cela chez nous, à Lesdiguières. Elle nous a permis de bien commencer cette compétition, avec une équipe remaniée qui comptait beaucoup de nouveaux joueurs. Bien sûr, notre ambition principale reste le maintien, mais on joue tous les matchs pour les gagner. Et le week-end prochain, c’est pareil, on va jouer Paris pour faire un résultat, pas pour prendre l’air du Havre ! Si on en a l’opportunité, il faudrait ramener quelque chose de ce déplacement.

En parlant de samedi prochain contre le Stade français, tu penses que Paris sera dans un autre état d’esprit que dans le championnat de Top 14 ?
Je ne pense pas qu’ils abordent le match différemment. Eux aussi misent beaucoup sur cette compétition. Il y a quand même une qualification en quarts de finale de Coupe d’Europe à la clé, donc ce match de gala au Havre sera très important pour eux. Ils ont plus l’habitude de jouer dans un grand stade, alors que pour nous ce sera un peu une découverte, même si on a joué au Stade des Alpes. Cependant, je pense que ça n’avantagera ni l’une ni l’autre des deux équipes, c’est plutôt une bonne chose pour tous, on sait que le spectacle sera au rendez-vous et qu’il y aura du monde.

Est ce que c’est compliqué pour un club de mener deux compétitions en parallèle comme cela ?
Bien sûr que c’est compliqué, car il n’y a pas les mêmes enjeux dans les deux compétitions. Et pour les entraîneurs, cela implique de savoir faire le turnover nécessaire, pour que le groupe soit impliqué dans les deux cas. Aucun match ne doit être négligé. Mais dans le fond, ça fait du bien d’avoir cette opportunité, car cela nous permet de changer, après huit journées consécutives en Top 14, ce n’est pas comme une trêve, mais ça nous change les idées. Le but pour nous est de continuer dans cette dynamique, on a la chance d’avoir un effectif important, on va donc profiter de ces occasions pour acquérir du temps de jeu et se former pour les matchs à venir, mais ce sont aussi des matchs importants pour ceux qui ont eu moins de temps de jeu dans le championnat, c’est une belle opportunité à saisir pour faire ses preuves… Et jouer contre le Stade français dans d’aussi bonnes conditions est aussi une chance qui ne se représentera pas souvent !

Tu as justement su te saisir de cette opportunité, puisque tu es de nouveau dans le groupe après ta titularisation de la semaine dernière…
Personnellement, c’est vrai que j’ai joué en début de saison, et puis j’ai eu une passe sans titularisation. C’est une chance pour moi de jouer ces deux matchs, et surtout, c’est un grand plaisir. Je veux donner mon maximum pour apporter à l’équipe, et prouver que j’ai ma place en Top 14 aussi. C’est une opportunité pour tous les joueurs, c’est à nous de la saisir, de prendre du plaisir, bien sûr, mais aussi de montrer qu’on existe et de se donner à fond.

Pour en revenir au championnat, le FCG est dans une très bonne dynamique depuis le début de saison… Toi qui as déjà une certaine expérience du Top 14, penses-tu que vous pourrez tenir ce rythme jusqu’à la fin de la saison ?
Il faut espérer. Pour l’instant, c’est vrai que nous sommes dans une très bonne dynamique, à nous de faire en sorte que ça continue. Mais il nous reste encore des matchs à gagner, surtout à la maison. Il faut que tous les joueurs restent impliqués dans le projet pour que ça fonctionne, que l’on continue à s’investir pour le maintien du club, car même si on a fait un bon début, la 13e place n’est pas si loin. Il nous faudra encore beaucoup travailler, et obtenir encore beaucoup de victoires pour se maintenir, rien n’est joué d’avance.

Crédit photo : fcgrugby.com