Top 14 – FCG : Fabien Gengenbacher : « j’ai vécu les meilleurs moments de ma carrière à Grenoble »

Imprimer

fabien gengenbacher

L’arrière grenoblois Fabien Gengenbacher a récemment signé pour deux saisons supplémentaires en Rouge et bleu. L’occasion de revenir sur son début de saison au FCG et sur la grosse affiche de ce samedi, contre le Stade Toulousain.

Tu as récemment renouvelé ton contrat au FCG pour deux ans de plus. Quelles ont été tes motivations ?
Cela fait maintenant sept ans que je joue au FCG. J’ai connu toutes les années de Pro D2, et c’est ici que j’ai vécu les meilleurs moments de ma carrière, notamment la montée l’an dernier et ce titre de champion de France de Pro D2 ; c’est mon club ! On vit une très belle saison, je joue encore régulièrement et ma famille est dans la région, je n’avais donc aucune raison de ne pas continuer l’aventure avec le FCG. Le staff m’a manifesté sa confiance de nouveau et j’en suis très heureux. Je vais essayer de le rendre du mieux que je peux.

Tu es avec le FCG depuis sa remontée en Pro D2. Comment s’est passée l’arrivée en Top 14 pour toi ?
J’avais déjà goûté au Top 16 à l’époque de Bourgoin, mais le niveau a bien changé depuis ce temps-là. Individuellement, il a fallu faire des efforts pour se hisser au niveau, afin que le collectif réponde aux exigences du Top 14. Cela nous a demandé un gros travail sur le plan physique, mais aussi tactique. On se rend compte que pour la première partie de saison, on s’en est bien sorti, mais c’est loin d’être fini, on doit travailler tous les jours pour se maintenir au niveau. Il nous reste encore de gros morceaux, avec notamment plusieurs matchs importants qui arrivent.

Vous disputez ce week-end la dernière rencontre de la série des matchs aller. Le bilan global à mi-parcours est-il à la hauteur de ce que vous espériez ?
Le bilan est évidemment bon. On ne s’attendait pas à un tel début, c’est sûr : on joue le maintien avant tout et on savait que ce serait compliqué. Pour l’instant ça s’est bien déroulé pour nous, mais le maintien n’est pas acquis pour autant. Maintenant il faut continuer sur notre lancée pour réussir la saison complète, et rester vigilants.

Au regard de certaines de vos grosses prestations, la défaite à Toulon (39-3) a-t-elle été lourde à encaisser ?
C’est toujours difficile de prendre quarante points. Bien sûr, on savait que l’on s’attaquait à ce qu’il se fait de mieux aujourd’hui en matière de rugby français et même européen. Mais quand on est rugbyman, que l’on est compétiteur, on déteste perdre, alors prendre en plus quarante points… Il faut maintenant savoir en tirer les enseignements pour voir ce qui nous sépare encore de ces grosses équipes et tenter de se rapprocher de leur niveau.

Samedi après-midi, vous accueillez le Stade Toulousain, qui ne semble pas au mieux de sa forme (défaite en Coupe d’Europe, infirmerie remplie et retour des sélectionnés de la tournée d’automne…). Rester invaincus à domicile, c’est possible ?
Je ne sais pas si c’est possible, en tous cas c’est notre objectif, bien qu’il s’agisse du champion de France en titre, et surtout de l’une des meilleures équipes françaises. Avec le temps, on a pu s’apercevoir qu’ils savent très bien gérer leurs problèmes d’effectifs. Toutes les années leurs internationaux sont sollicités, et toutes les années ils sont présents dans les phases finales ! Pour autant, on est très impatients de nous mesurer à eux, car ce match peut nous apporter quatre points supplémentaires. Un gros défi se présente, mais on va tout mettre en œuvre pour gagner et conserver notre invincibilité à domicile, notre maintien passe par là. Malgré nos blessés, c’est-à-dire une quinzaine de joueurs, on sort d’une période de trêve puis de Challenge européen, au cours duquel tout le monde a pu jouer. On a tous pris du rythme pour aborder cette nouvelle phase de championnat. On est bien physiquement et bien dans nos têtes, on sait ce qu’il nous reste à faire, et ça commence samedi face au Stade Toulousain.

La fiche du FC Grenoble
La fiche de Fabien Gengengacher